lundi 11 janvier 2010

Lampe d'Aladin, un conte



Donne-moi un peu de cette fumée de génie
qui s’émeut sous des lentilles opaques -
sentiments faits du bric-à-brac,
poésie que j’écris dans l’autobus
appuyée sur la lampe d’un carnet de brouillons.


Donne-moi un peu du climat ailé
qui transperce la vague matinée
et qui me retrouve recroquevillée dans
les coins perdus du paysage.

Recelés dans leurs carapaces,
mes vers changent
sous la force de la répétition
et la forêt des mots qui s’entrelacent.

Une dentèle pluvieuse de feuilles de bouleau  me soutient.

Et cette incantation sauvage te donnera
la mesure de ma lumière et des lointains azimuts

dans le Babylone des vents.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Messages les plus consultés