lundi 11 janvier 2010

Le Danube à Galati


Quelque part, dans la carapace de mon enfance, la mémoire de fleuve scintillant,
l’eau chantante du Danube,
habite encore,
ondulée, dans les vagues de l’aube.

Quelque part loin, dans des vastes monastères d’espaces,
sa solitude de balade, coule, lente,
voûte fluide de mon âme.

Ses flots, les parages de mon être.

Si je ferme les yeux pour une seconde,
je retrouve le miracle des eaux
qui peuvent vaincre l’oubli.

Retrouver – quel mot perdu.

5 commentaires:

  1. Très joli...
    Adevarul e ca oriunde am pleca in lumea asta, luam Dunarea cu noi in suflet...
    Felicitari!

    RépondreSupprimer
  2. Merci Karla - de la part de Tatiana et moi...oui le Danube de chaque jour...Dunarea de fiecare zi si oriunde...

    RépondreSupprimer
  3. Merci beaucoup de ton commentaire. Reviens sous peu on prepare une nouvelle exposition.

    RépondreSupprimer
  4. Je veux aussi te remercie pour ton commentaire..Je suis heureuse parce j'ai trouvé un blogue..très intéressant en français..



    Je veux te prier une chose..si tu peux...me dire ton opinion sur cette poésie..
    http://je-ne-reve-plus.blogspot.com/2010/01/lhistoire-de-notre-vie-le-passe-cest-la.html

    Merci de tout mon coeur!

    RépondreSupprimer

Messages les plus consultés