dimanche 10 janvier 2010

Perruques




Perruques, rixes, rires, duels
aimant la douceur d’un portrait dans les enluminures des fontaines
où chaque geste est une charade de mille politesses

et où les gants des lilas  en fleur s’effondrent dans les dentelles des courtiers.

Ce personnage majeur, un Tartuffe mineur, me dépasse avec hâte
pendant que je regarde les miroirs des vents
qui éclatent dans des fumées en lyre.

Voilà le seuil d’une porte arrondie.

Ce seuil une fois franchi te dira
quelle est la forme des tes amours, les jeux de masques
qui entourent ce bref passage, et qui t’attendra toujours 

au fond du paysage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Messages les plus consultés